Pages Navigation Menu

L'univers de la maison et du jardin

Les drones de loisirs sont officiellement autorisés

Malgré les agitations ici et là et les peurs de certains, les drones de loisirs seront officiellement autorisés en France début 2015. Une bonne nouvelle pour les fans de ces petits engins technologiques qui fleurissent un peu partout.

 

 2 nouveaux arrêtés pour 2015

Parrot_AR.Drone_2.0_-_indoor_hullConcrètement, cette décision va se  formuler sous la forme de deux nouveaux arrêtés ajoutés à la réglementation de 2012. Le premier reconnaîtra notamment « la possibilité de prise de vues de toutes natures en aéromodélisme dès lors qu’elle est accessoire au vol et que les vues réalisées ne sont pas exploitées à titre commercial », avec la promesse de voir apparaître encore plus de vidéos de survol étonnant sur YouTube.
Le second, en revanche, y apporte quelques restrictions : Interdiction de faire sortir l’engin du champ de vision de son propriétaire, ni de dépasser l’altitude et 150 mètres. Le survol en agglomération sera également prohibé pour des raisons de sécurité (la chute d’un drone pouvant entraîner bien des accidents), ainsi que le survol de groupes de personnes ou d’animaux, ainsi que certaines zones d’exclusions comme les aéroports et les centrales nucléaires.

Ainsi, l’utilisation de drones à des fins récréatives, qui jusqu’ici était plus ou moins tolérée hors agglomération, sera donc officiellement autorisée pour tous les particuliers qui le souhaitent. En revanche, les interdictions en cours ne seront pas revues.

 

Un contexte peu favorable

Exif_JPEG_PICTUREPlus tard, la question des plus gros drone, a usage professionnel (comme celui qu’Amazon souhaiterai utiliser pour les livraisons par exemple) devrait être également étudiée, en concertation avec le DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) et la FFAM (Fédération française d’Aéromodélisme).
Il faut dire que cette nouvelle arrive en pleine effervescence après les survols illégaux de 7 centrales nucléaires par des aéronefs assimilables à des drones inconnus ces derniers jours. Pour l’instant, l’enquête est toujours en cours et EDF a porté plainte. Si les regards se tournent en grande majorité vers Greenpeace, cette dernière nie toute implication et demande également une enquête des autorités. Elle avait en effet déjà organisé des opération pour dénoncer la vulnérabilité aérienne des centrales en 2012, lors du survol en parapente de la centrale du Bugey.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.